En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation et l'installation de cookies assurant le fonctionnement optimal de notre service. 

Elon Musk plaide pour le salaire universel : va-t-on vers « la fin du travail » ?

Pour Elon Musk, le salaire universel, autrement dit la distribution d’un revenu de base pour tous serait nécessaire à cause de l’automatisation et des robots. Ces derniers pourraient en effet rendre des millions d’emplois inutiles, de telle sorte à ce qu’un pourcentage toujours moins important de personnes trouve un emploi à l’avenir. Bref, on est peut-être pas prêt d’inverser la courbe du chômage. 

Elon Musk plaide pour le salaire universel : va-t-on vers "la fin du travail" ?

Elon Musk a confié son ressenti sur un avenir dans lequel les machines remplaceront peu à peu, (et a minima) la plupart des emplois du secteur de l’industrie. L' »automatisation » selon l’entrepreneur qui veut envoyer l’homme sur Mars va conduire nos sociétés à changer profondément, notamment du point de vue de la valeur même du travail, qui ne sera par définition accessible qu’à des individus de plus en plus qualifiés.

Du coup Elon Musk, qui construit pour ses voitures Tesla des usines high-tech qu’on imagine largement automatisées, explique qu’un salaire universel « ou quelque chose dans le genre » devra à un moment donné ou à un autre être instauré. Il explique sa vision dans une interview accordée à CNBC :

Il y a de grandes chances pour qu’on finisse avec un revenu de base universel ou quelque chose dans le genre, à cause de l’automatisation. Oui, car je ne suis pas sûr de ce que l’on pourra vraiment faire d’autre. Je pense que c’est cela qui va se passer.

Le revenu universel de base est déjà débattu en Europe, avec deux expériences pilote

Une idée folle ? Ces dernières années avec la crise et l’impossibilité chronique de redémarrer la machine à jobs en Europe, la question fait son chemin. On se souvient de la Suisse, en juin, qui a soumis la question à une votation populaire. Même si celle-ci a été au final rejetée. La Finlande et les Pays-Bas (Utrecht) ont voté des expériences pilotes qui doivent courir dans les deux cas sur deux ans entre 2017 et 2018.

En Finlande, les 2000-3000 participants pourront toucher 560 euros par mois cumulables avec un emploi. Aux Pays-Bas, l’expérience est plus modeste : 560 résidents d’Utrecht et de ses alentours vont toucher pendant deux ans 960 euros par mois en remplacement des aides qu’ils touchaient jusqu’alors. Pour l’expérience néerlandaise, la moitié d’entre eux peuvent toucher 150 euros supplémentaires en donnant de leur temps à des associations.

Fait intéressant, l’idée n’est pas nécessairement le monopole d’un parti politique. On a dans les deux cas des gouvernements de centre droit (Mark Rutte aux Pays-Bas et Juha Sipilä en Finlande) et ailleurs en Europe, on voit des débats autour de cette question également dans des partis de gauche. Ces expériences ont pour but de tester de diverses options pour savoir laquelle permettra le plus de réduire la pauvreté et augmenter l’accès à l’emploi.


Qu’avez-vous pensé de cet article ?
Commentaires