En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation et l'installation de cookies assurant le fonctionnement optimal de notre service. 

Facebook développe un projet pour le contrôle des ordinateurs par la pensée

Facebook a dévoilé ce mercredi un projet ambitieux concernant des technologies permettant de communiquer et d’interagir de manière révolutionnaire. Il s’agit notamment d’une interface homme-machine entièrement contrôlée par la pensée, mais aussi d’une technologie permettant d’entendre par la peau.

Facebook interface homme-machine pensée

Pas moins de 60 ingénieurs sont mobilisés sur ce projet et occupent actuellement le fameux Building 8 de Facebook, un laboratoire où sont concrétisées les idées les plus folles du géant américain.

« Et si vous pouviez écrire en vous servant directement de votre cerveau ? Cette possibilité est plus proche de nous que vous ne le pensez », a déclaré Regina Dugan, directrice du Building 8. C’est elle qui a levé le voile sur ces projets lors d’un discours ce mercredi à la conférence annuelle de la société de San Jose, Californie.

Dugan est une chasseuse d’innovations. Elle fut directrice de la DARPA, une agence du département de la Défense des États-Unis chargée de la R&D dans le domaine des nouvelles technologies. Elle a par la suite rejoint Google chez qui elle s’occupait de projets avant-gardistes, avant d’être débauchée par Facebook en 2016 pour prendre les rênes du Building 8.

Contrôler les machines par la pensée

Facebook n’est pas le premier à travailler sur une telle technologie qui retient depuis plusieurs années l’attention des chercheurs. D’ailleurs il y a quelques semaines, des chercheurs de l’université de Stanford ont réussi à faire saisir du texte par une femme paralysée, et ce, via une électrode implantée dans son cerveau. Elle devait faire bouger un curseur sur un écran en saisissant lettre par lettre des mots sur un clavier virtuel. Cette expérience lui a permis d’atteindre 8 mots par minute, une performance louable, mais loin d’être satisfaisante.

Vous vous doutez bien que Facebook compte aller beaucoup plus loin. Tout d’abord, sa technologie ne nécessitera pas de chirurgie (aucun capteur à implanter) puisque ces derniers seront intégrés à une casquette ou à un bandeau. Par ailleurs, Regina Dugan compte améliorer significative la vitesse de saisie en parvenant à 100 mots la minute, une performance très ambitieuse, d’autant plus qu’elle représente cinq fois la vitesse moyenne à laquelle nous saisissons sur nos claviers de smartphones. Mieux, ce serait presque aussi bien qu’une communication orale qui se déroule à une vitesse de l’ordre de 110 à 180 mots par minute.

Un tout nouveau mode de communication et d’interaction

Interagir avec une machine uniquement par la pensée nécessite bien sûr des passerelles. « Rien que de pouvoir cliquer oui ou non mentalement serait une avancée. Nous voulons créer la souris pour le cerveau », assure Dugan. Vous l’auriez compris, il ne s’agira pas que de saisir du texte sur ordinateur, mais de contrôler l’ensemble de la machine par le cerveau.

Pensez à une autre possibilité laissée par ces technologies, notamment celle de la saisie par la pensée : elle permettra aux personnes muettes de communiquer via la synthèse vocale avec fluidité. Et comme si cela ne suffisait pas, Facebook travaille également sur une technologie d’audition par le toucher. Les choses seraient ainsi au complet pour ouvrir l’air d’un tout nouveau mode de communication qui sera notamment une aubaine pour les personnes sourdes et muettes.


Qu’avez-vous pensé de cet article ?
Commentaires