En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation et l'installation de cookies assurant le fonctionnement optimal de notre service. 

La Chine allume le plus grand radio-télescope chasseur d’extra-terrestres au monde

La Chine vient de brancher son gigantesque télescope chasseur d’extra-terrestres, le plus grand du monde. Cette véritable oreille de géant vient prendre la relève du radio-télescope d’Arecibo, au nord de l’île de Porto Rico. Le « FAST » (Five-hundred-meter Aperture Spherical Telescope ou Télescope sphérique de 500m d’ouverture) a officiellement commencé son travail dimanche à midi.

La Chine allume le plus grand radio-télescope chasseur d'extra-terrestres au monde

Le FAST est un immense « bol » de métal d’un diamètre de 500 mètres qui vient tout juste d’être achevé en Chine, au sud de la province de Guizhou. C’est 200 mètres plus large que le plus grand des radiotélescopes jamais construit : le radio-télescope d’Arecibo, Porto Rico, qui détenait jusqu’ici et depuis les années 1960 le titre de plus grand radio-télescope au monde. Son but est d’accélérer la recherche de preuves de vie extra-terrestres. Et il a quelques atouts pour y parvenir.

Sa surface est constituée de milliers de triangles, dont il est possible de changer individuellement l’inclinaison. Et ce afin de pouvoir « orienter » le télescope, ou plutôt d’augmenter son champ visuel. Celui-ci serait équivalent à ce que pourraient faire deux Arecibo réunis. Par ailleurs, les capteurs qui l’équipent seraient entre 5 et 10 fois plus sensibles que les équipements d’Arecibo ou de l’Effelsberg 100-m près de Bohn en Allemagne.

Ainsi, les scientifiques pensent pouvoir voir beaucoup plus loin et mieux qu’avec la technologie actuelle. Le télescope devrait également aider les scientifiques à détecter et localiser davantage de pulsars, ce étoiles à neutrons qui tournent sur elles-mêmes à une vitesse folle, et transmettent un signal régulier périodique lorsque leur faisceau d’ondes électromagnétiques passe dans le champ de la Terre.

Cela viendrait compléter les mesures d’ondes gravitationnelles détectées dans le cadre de LIGO et de permettre d’en comprendre l’origine. De quoi mieux comprendre l’évolution des galaxies et lever le voile sur les origines de l’univers. De quoi rentabiliser les 180 millions de dollars mobilisés pour permettre sa construction. En outre, dans un premier temps, seuls les astrophysiciens chinois auront accès au télescope.

La Chine se dote d’un outil stratégique

La Chine a, semble-t-il, préféré sacrifier plusieurs villages pour construire ce radio-télescope ultra-stratégique. Les habitants ont été relogés très loin de là, dans les contés de Pingtang et Luodian « pour éviter toute interférence magnétique ». C’est que le président chinois Xi Jinping a fait depuis plusieurs années de l’exploration spatiale une des grandes priorités de son pays. Et montre une fois encore que la Chine a les capacités de prendre dans un avenir proche le leadership en la matière.

En 2013, le pays alunissait le premier rover depuis 1976. Le pays a lancé son propre projet de station spatiale, distinct de l’ISS, qui doit s’achever en 2022. Et caresse l’espoir d’envoyer un être humain sur la Lune par ses propres moyens d’ici 2036. D’ici là, et grâce à ce nouvel outil unique au monde, les scientifiques chinois feront peut-être des découvertes avant leurs homologues internationaux. Les scientifiques chinois auront en effet un accès exclusif au radio-télescope pendant une période de deux à trois ans.


Qu’avez-vous pensé de cet article ?
Commentaires