En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation et l'installation de cookies assurant le fonctionnement optimal de notre service. 

Un robot fait atterrir un avion de ligne Boeing 737 tout seul, en vidéo

Un nouveau robot de la DARPA baptisé ALIAS vient d’être testé en simulation sur l’un des classiques de l’aviation civile : le Boeing 737. Complètement automatique, ce bras articulé a réussi une parfaite approche et à faire atterrir l’avion sans aucune intervention humaine dans plusieurs simulations, dont une que nous vous proposons en vidéo. Demain, il pourrait assister, voire remplacer les pilotes des avions de ligne. 

robot atterrir avion boeing 747

Les avions les plus modernes, comme les Boeing 737 disposent déjà d’un tas d’ordinateurs et de systèmes automatisés permettant de réduire de manière considérable la charge de travail des pilotes. Mais la DARPA, la cellule R&D de l’armée américaine ne compte pas s’arrêter là et essaie de mettre au point un robot capable de seconder, voire de totalement remplacer les pilotes.

Ce bras robotisé et automatisé s’appelle ALIAS, et il sait déjà faire atterrir un Boeing 737 tout seul, pour l’instant dans un simulateur pour des questions de sécurité.

ALIAS : le robot pilote a fait atterrir un Boeing 737 sans accroc

Aujourd’hui, les pilotes sont beaucoup plus zen en phase d’approche et d’atterrissage. Ils n’ont qu’à se concentrer sur la checklist alors que le pilote automatique se charge d’aligner l’avion dans l’axe de la piste grâce au fameux Instrument Landing System (ILS). Cela étant dit, l’intervention humaine reste toujours aussi cruciale, notamment à la fin du processus d’atterrissage ILS, afin de permettre une pose en douce de l’avion sur la piste, et ce, jusqu’à son immobilisation.

Mais on voit déjà assez bien le robot ALIAS prendre la place du co-pilote. À la différence des autres systèmes automatiques qui doivent être incorporés à l’avion dès la phase de construction, ALIAS est un dispositif séparé qui peut se greffer à n’importe quel appareil. D’ailleurs, il a déjà été testé sur d’autres appareils de plus petite envergure comme un Diamond DA42, un Cessna 208 Caravan, un UH-1 Iroquois ou encore un DHC-2 Beaver.

Ce robot dopé à l’intelligence artificielle et doué de la reconnaissance vocale est capable de pousser et de tirer sur le manche, d’appuyer les pédales, tout comme actionner la ribambelle de boutons qui se trouvent dans le cockpit. On imagine qu’il pourrait bien prendre le relais du capitaine dans une situation d’urgence où celui-ci serait par exemple dans l’incapacité de piloter.

Voire faire atterrir l’avion ou éviter le crash en cas d’avarie ou de défaillance. John Wissler, vice-président de la recherche et du développement chez Aurora, partenaire de la DARPA sur ce projet se félicite :

Au fur et à mesure de notre avancée vers un vol complètement autonome du décollage à l’atterrissage, nous pouvons affirmer avec certitude que nous avons développé un système automatique permettant une réduction importante de la charge de travail de l’équipage.

A défaut donc de remplacer les pilotes dans le cockpit, ALIAS jouerait donc le rôle d’un bon appoint. Du moins dans un premier temps. La vidéo parle d’elle-même :


Qu’avez-vous pensé de cet article ?
Commentaires
6bb1299087d26220040c43d6319fb330FFFFFFFFF