En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation et l'installation de cookies assurant le fonctionnement optimal de notre service. 

WiFi public : sans le savoir, 22.000 personnes signent pour nettoyer les WC en se connectant à un hot-spot

Un fournisseur de wifi public a sciemment inclus une clause étrange dans les conditions d’utilisation de ses hot-spots. L’objectif de cette expérience était de prouver le manque d’attention des utilisateurs qui très souvent ne prennent pas le temps de lire les CGU. Résultat, sans même s’en rendre compte, plus de 22 000 personnes ont accepté d’effectuer 1000 heures de travail communautaire, y compris nettoyer des toilettes publiques en échange de Wifi gratuit.

Voilà bien qui montre pourquoi on devrait faire plus attention aux conditions générales d’utilisation. Combien sont ceux qui prennent vraiment le temps de les lire ? Purple Wifi, le fournisseur britannique de wifi public, en avait sa propre idée et a décidé de la confirmer en menant une expérience insolite sur une période de deux semaines.

Wifi public : ils signent pour nettoyer des WC publics sans le savoir

Purple Wifi permet aux commerçants de proposer des services de Wifi public gratuit à destination de leurs clients. Mais depuis son lancement, il est dans le viseur des défenseurs de la vie privée pour de nombreuses pratiques visant à traquer le comportement des usagers, et ce, à des fins mercantiles. L’entreprise a récemment mis à jour ses conditions générales d’utilisation pour se conformer au « General Data Protection Regulation (GDPR) ».

Le GDPR est une loi de l’Union européenne qui oblige tout type de fournisseur de services à intégrer un « accord sans ambiguïté » avant que des informations personnelles puissent être utilisées à des fins de marketing. Purple Wifi a trouvé une bonne manière de montrer qu’il était le premier fournisseur à respecter cette nouvelle loi. Le moins que l’on puisse dire, c’est que son opération de Com a bien marché. L’entreprise a glissé exprès la clause suivante dans ses nouvelles CGU :

L’utilisateur peut être tenu, à la discrétion de Purple, de mener à bien 1000 heures de services communautaires.

Ces services incluent un certain nombre de tâches pas très agréables dont le nettoyage de toilettes publiques. Au total, plus de 22 000 personnes se sont empressées d’accepter les CGU sans se rendre compte de la supercherie. Vous vous posez sans doute la question de savoir le nombre de personnes qui ont remarqué l’étrange clause et en ont informé Purple Wifi. Eh bien, il n’y en avait qu’une seule.

Les 22 000 utilisateurs qui sont tombés dans le piège peuvent toutefois se tenir tranquilles. Le fournisseur n’a aucunement l’intention d’activer sa clause farfelue. Il explique avoir mené cette expérience juste pour montrer que personne ne faisait vraiment attention aux CGU.


Qu’avez-vous pensé de cet article ?
Commentaires
  • Sear Hill

    expérience inutile , personne ne lit les cgu trop long, écrit en tout petit et de façon a ce qu’au bout de 3 lignes ont lâche l’affaire, si un effort est à faire dans ce domaine c’est aux législateurs de le faire pas aux consommateurs. mais un bon coup de com. genre : « mon entreprise à des valeurs morales » , cela dit cela montre bien l’immoralité de l’économie en générale puisque une entreprise essaye de se démarquer en prônant des valeurs morales en alertant les consommateurs . monde pathétique !

  • Fédération des associations et

    C’est plus de la Com, que du droit car cette clause serait considérée comme abusive est la sanction applicable serait que la clause soit réputée non écrite.

  • Don Quixote

    et la plupart des fois ces CGU sont en anglais, je ne sais pas s’ils le font express

d6c26a66dc6fea28fa7ba3fa7b0de275pppp